LES COURS DE KARATÉ

STRUCTURE GÉNÉRALE DES COURS

Dans les cours, nous développons la condition physique du karatéka par des entraînements cardiovasculaires, des exercices de résistance et de musculation avec ou sans matériel (poids, élastique, médecine-ball, etc.). Nous travaillons aussi la souplesse par des exercices spécifiques et des étirements. Le côté technique du karaté se développe par le 3 « K » : Kihon, Kata et Kumite. Le Kihon est la répétition des techniques de base : techniques de frappe avec les mains, blocages et coups de pied. Il se pratique en général dans le vide sans partenaire. C’est en quelque sorte l’ABC du karaté. Les Katas sont une séquence de techniques de base dont le déroulement reproduit un combat imaginaire contre un ou plusieurs adversaires attaquant sous des angles différents. Le Kumite (combat) est la mise en application pratique, avec partenaire, des techniques de base. Ce type de travail technique est indispensable pour éprouver le progrès de la pratique du karaté, dont la finalité première est l’apprentissage de moyens de défense. Il est essentiel que l’intégration des techniques, des esquives, des blocages et des contre-attaques se fasse graduellement et dans le respect de la personne. Dans le karaté Kyokushin, le kumite ressemble beaucoup à des combats de kickboxing ou de boxe thaïlandaise. Nous travaillons aussi sur les déplacements, les enchaînements (Ido Geiko) et les techniques d’autodéfense en situation réelle. La division des karatékas par groupes d’âge : 3 à 5 ans, 5 à 7 ans, 8 à 12 et ado-adulte, permet d’adapter le cours en considération du niveau physique, mental et psychologique de chacun.

POUR LES ENFANTS DE 5 À 7 ANS

Les cours de karaté junior sont très dynamiques et ils sont donnés parfois sous forme de jeux afin de garder l’attention de l’enfant le plus longtemps possible. Il ne faut pas oublier que l’enfant de cet âge veut s’amuser à faire du karaté, jouer en donnant des coups de poing et des coups de pied. Il doit avoir du plaisir à pratiquer cet art martial. Attention ici de ne pas confondre le jeu comme un désordre, un party dans la cour de récréation. Au contraire, le jeu « dirigé » se déroule dans un cadre de discipline et de contrôle. Dans ce contexte, l’enfant apprend rapidement à écouter les consignes et à être plus attentif. Il va sans dire que cela améliorera sa concentration à l’école.

DURANT LES COURS NOUS TRAVAILLONS SUR LES POINTS SUIVANTS:

– Conditionnement physique : résistance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse.

– Pratique du Kihon et katas.

– Techniques de coups de poings et des coups de pieds. Pratiquées dans le vide, avec partenaire, sur bouclier ou sac de frappes.

– Combat. On parle plutôt d’échange, souvent avec le parent présent, au grand plaisir des enfants.

– Travail des déplacements, de l’équilibre.

– Prévention et autodéfense.

À cet âge, les notions de préventions (étranger et intimidation), par exemple, quoi faire lorsqu’un étranger te demande quelque chose, sont beaucoup plus utile que de lui apprendre des techniques d’autodéfense comme : comment se sortir d’un étranglement.

POUR LES ENFANTS DE 8 À 12 ANS

Pour cette catégorie d’âge, le conditionnement physique prend plus de place. Il est important que l’enfant bouge, dépense son trop-plein d’énergie. Les longues séances de télévision ou de jeux vidéo tendent à faire perdre l’envie de bouger. L’ambiance du cours est amicale. Quoiqu’il y ait moins de jeux dirigés, l’enfant doit avoir du plaisir à suivre un cours. Chacun à la liberté de s’exprimer et de faire valoir ses capacités dans la mesure où celles-ci restent dans le cadre du cours.

LE PLAISIR DU DÉFI

Bien qu’à cet âge, les enfants soient compétitifs entre eux, le rythme de chacun est respecté. De multiples renforcements positifs sont utilisés pour stimuler l’enfant. Pour les jeunes qui veulent plus de défis, des compétitions sanctionnées par la Fédération sont offertes.

LA DISCIPLINE ET LE RESPECT

L’enfant doit apprendre à suivre les consignes sans faire un commentaire, sans rouspéter, de même que respecter l’autorité. Ces notions, chères aux parents, mais que les enfants fuient comme la peste, ne doivent pas être imposées. L’enfant est amené par lui-même à travers son évolution de karatéka à comprendre l’importance du respect : « Si je veux que l’on me respecte, je dois respecter les autres. » Il en est de même pour la discipline. « C’est par la discipline que je vais pouvoir atteindre mes objectifs, c’est par la discipline que nous pouvons travailler ensemble en sécurité et en harmonie ».

LE LEADERSHIP

Le leadership est encouragé, de même que l’entraide, par la formation d’équipe de travail. En montant en grade de ceinture, le karatéka junior est amené à devenir assistant dans les cours plus jeunes, par exemple, à donner l’échauffement au début des cours, à gérer un groupe de karatéka, etc. Plusieurs responsabilités lui sont aussi attribuées.

APPRENDRE À SE DÉFENDRE

Les enfants de 8 à 12 ans voudront plus apprendre à se défendre, connaître des trucs pour se sortir d’embarras, acquérir des notions d’autodéfenses. Tout cela pour acquérir une plus grande confiance. Au niveau de la prévention, nous aborderons plus en profondeur l’intimidation et commençons à aborder certaines notions d’agressions : prédateur et enlèvement.

Durant les cours, nous travaillons les points suivants :

Conditionnement physique : résistance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse.
Pratique du Kihon et katas. – Kumite (combat). Les protections sont obligatoires : casque, protège pied et protège poing. Bien sûr, le contrôle est de rigueur. Aucun écart ou emportement n’est toléré.
Igo Geiko : Travail des déplacements et enchaînements de techniques. Très bon pour développer la coordination et la concentration.
Techniques de coups de poings et des coups de pieds. Pratiquées dans le vide, avec partenaire, sur bouclier ou sac de frappes.
Prévention et autodéfense.

POUR LES ADULTES ET LES ADOLESCENTS

Les motivations du karatéka ado et adulte sont parfois très différentes. Que ce soit pour la mise en forme, le contrôle du poids, le dépassement de soi, la capacité à se défendre ou pour oublier ses soucis, chacun aura le sentiment d’avoir bien dépensé son énergie et affichera un large sourire. Ici, le conditionnement physique et la bonne forme physique prennent leur sens. Après l’échauffement, le rythme s’accélère et se maintien tout le long du cours. Évidemment, les limites de chacun sont respectées. À la fin du cours, tous ont le kimono trempé, ressentent une plénitude physique et les soucis du quotidien sont oubliés.

LA FORME PHYSIQUE

Ici, le conditionnement physique et la bonne forme physique prennent leur sens. Après l’échauffement, le rythme s’accélère et se maintien tout le long du cours. Évidemment, les limites de chacun sont respectées. À la fin du cours, tous ont le kimono trempé, ressentent une plénitude physique et les soucis du quotidien sont oubliés.

L’ATMOSPHÈRE AU DOJO

Dans le dojo règnent la bonne humeur et le plaisir de s’entraîner en groupe. La discipline, le respect et l’éthique vont de soi, un simple rappel à l’ordre suffit pour reprendre le sérieux. Ce qui permet de plus mettre l’accent sur l’entraînement et l’apprentissage du karaté. L’entraide et l’échange entre professeurs et élèves sont encouragés.

Durant les cours, nous travaillons les points suivants :

Conditionnement physique : résistance et endurance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse, au rythme de chacun.

Pratique du Kihon et katas.

Kumite (combat). Les protections sont obligatoires : protège pied et protège poing. Bien sûr, le contrôle est de rigueur. Aucun écart ou emportement n’est toléré.

Igo Geiko : Travail des déplacements et enchaînements de techniques. Très bon pour développer la coordination et la concentration.

Techniques de coups de poings et des coups de pieds, pratiquées dans le vide, souvent avec partenaire, sur bouclier ou sur sac de frappes.

Prévention et autodéfense.

Vous pouvez vous inscrire en tout temps. Vous accèderez à la page d’inscription, où vous pourrez choisir le type de cours et les horaires qui vous conviennent.

LES COURS DE KARATÉ

STRUCTURE GÉNÉRALE DES COURS

Dans les cours, nous développons la condition physique du karatéka par des entraînements cardiovasculaires, des exercices de résistance et de musculation avec ou sans matériel (poids, élastique, médecine-ball, etc.). Nous travaillons aussi la souplesse par des exercices spécifiques et des étirements. Le côté technique du karaté se développe par le 3 « K » : Kihon, Kata et Kumite. Le Kihon est la répétition des techniques de base : techniques de frappe avec les mains, blocages et coups de pied. Il se pratique en général dans le vide sans partenaire. C’est en quelque sorte l’ABC du karaté. Les Katas sont une séquence de techniques de base dont le déroulement reproduit un combat imaginaire contre un ou plusieurs adversaires attaquant sous des angles différents. Le Kumite (combat) est la mise en application pratique, avec partenaire, des techniques de base. Ce type de travail technique est indispensable pour éprouver le progrès de la pratique du karaté, dont la finalité première est l’apprentissage de moyens de défense. Il est essentiel que l’intégration des techniques, des esquives, des blocages et des contre-attaques se fasse graduellement et dans le respect de la personne. Dans le karaté Kyokushin, le kumite ressemble beaucoup à des combats de kickboxing ou de boxe thaïlandaise. Nous travaillons aussi sur les déplacements, les enchaînements (Ido Geiko) et les techniques d’autodéfense en situation réelle. La division des karatékas par groupes d’âge : 3 à 5 ans, 5 à 7 ans, 8 à 12 et ado-adulte, permet d’adapter le cours en considération du niveau physique, mental et psychologique de chacun.

POUR LES ENFANTS DE 5 À 7 ANS

Les cours de karaté junior sont très dynamiques et ils sont donnés parfois sous forme de jeux afin de garder l’attention de l’enfant le plus longtemps possible. Il ne faut pas oublier que l’enfant de cet âge veut s’amuser à faire du karaté, jouer en donnant des coups de poing et des coups de pied. Il doit avoir du plaisir à pratiquer cet art martial. Attention ici de ne pas confondre le jeu comme un désordre, un party dans la cour de récréation. Au contraire, le jeu « dirigé » se déroule dans un cadre de discipline et de contrôle. Dans ce contexte, l’enfant apprend rapidement à écouter les consignes et à être plus attentif. Il va sans dire que cela améliorera sa concentration à l’école.

DURANT LES COURS NOUS TRAVAILLONS SUR LES POINTS SUIVANTS:

– Conditionnement physique : résistance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse.

– Pratique du Kihon et katas.

– Techniques de coups de poings et des coups de pieds. Pratiquées dans le vide, avec partenaire, sur bouclier ou sac de frappes.

– Combat. On parle plutôt d’échange, souvent avec le parent présent, au grand plaisir des enfants.

– Travail des déplacements, de l’équilibre.

– Prévention et autodéfense.

À cet âge, les notions de préventions (étranger et intimidation), par exemple, quoi faire lorsqu’un étranger te demande quelque chose, sont beaucoup plus utile que de lui apprendre des techniques d’autodéfense comme : comment se sortir d’un étranglement.

POUR LES ENFANTS DE 8 À 12 ANS

Pour cette catégorie d’âge, le conditionnement physique prend plus de place. Il est important que l’enfant bouge, dépense son trop-plein d’énergie. Les longues séances de télévision ou de jeux vidéo tendent à faire perdre l’envie de bouger. L’ambiance du cours est amicale. Quoiqu’il y ait moins de jeux dirigés, l’enfant doit avoir du plaisir à suivre un cours. Chacun à la liberté de s’exprimer et de faire valoir ses capacités dans la mesure où celles-ci restent dans le cadre du cours.

LE PLAISIR DU DÉFI

Bien qu’à cet âge, les enfants soient compétitifs entre eux, le rythme de chacun est respecté. De multiples renforcements positifs sont utilisés pour stimuler l’enfant. Pour les jeunes qui veulent plus de défis, des compétitions sanctionnées par la Fédération sont offertes.

LA DISCIPLINE ET LE RESPECT

L’enfant doit apprendre à suivre les consignes sans faire un commentaire, sans rouspéter, de même que respecter l’autorité. Ces notions, chères aux parents, mais que les enfants fuient comme la peste, ne doivent pas être imposées. L’enfant est amené par lui-même à travers son évolution de karatéka à comprendre l’importance du respect : « Si je veux que l’on me respecte, je dois respecter les autres. » Il en est de même pour la discipline. « C’est par la discipline que je vais pouvoir atteindre mes objectifs, c’est par la discipline que nous pouvons travailler ensemble en sécurité et en harmonie ».

LE LEADERSHIP

Le leadership est encouragé, de même que l’entraide, par la formation d’équipe de travail. En montant en grade de ceinture, le karatéka junior est amené à devenir assistant dans les cours plus jeunes, par exemple, à donner l’échauffement au début des cours, à gérer un groupe de karatéka, etc. Plusieurs responsabilités lui sont aussi attribuées.

APPRENDRE À SE DÉFENDRE

Les enfants de 8 à 12 ans voudront plus apprendre à se défendre, connaître des trucs pour se sortir d’embarras, acquérir des notions d’autodéfenses. Tout cela pour acquérir une plus grande confiance. Au niveau de la prévention, nous aborderons plus en profondeur l’intimidation et commençons à aborder certaines notions d’agressions : prédateur et enlèvement.

Durant les cours, nous travaillons les points suivants :

Conditionnement physique : résistance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse.

Pratique du Kihon et katas.

Kumite (combat). Les protections sont obligatoires : casque, protège pied et protège poing. Bien sûr, le contrôle est de rigueur. Aucun écart ou emportement n’est toléré.

Igo Geiko : Travail des déplacements et enchaînements de techniques. Très bon pour développer la coordination et la concentration.

Techniques de coups de poings et des coups de pieds. Pratiquées dans le vide, avec partenaire, sur bouclier ou sac de frappes.

Prévention et autodéfense.

POUR LES ADULTES ET LES ADOLESCENTS

Les motivations du karatéka ado et adulte sont parfois très différentes. Que ce soit pour la mise en forme, le contrôle du poids, le dépassement de soi, la capacité à se défendre ou pour oublier ses soucis, chacun aura le sentiment d’avoir bien dépensé son énergie et affichera un large sourire. Ici, le conditionnement physique et la bonne forme physique prennent leur sens. Après l’échauffement, le rythme s’accélère et se maintien tout le long du cours. Évidemment, les limites de chacun sont respectées. À la fin du cours, tous ont le kimono trempé, ressentent une plénitude physique et les soucis du quotidien sont oubliés.

LA FORME PHYSIQUE

Ici, le conditionnement physique et la bonne forme physique prennent leur sens. Après l’échauffement, le rythme s’accélère et se maintien tout le long du cours. Évidemment, les limites de chacun sont respectées. À la fin du cours, tous ont le kimono trempé, ressentent une plénitude physique et les soucis du quotidien sont oubliés.

L’ATMOSPHÈRE AU DOJO

Dans le dojo règnent la bonne humeur et le plaisir de s’entraîner en groupe. La discipline, le respect et l’éthique vont de soi, un simple rappel à l’ordre suffit pour reprendre le sérieux. Ce qui permet de plus mettre l’accent sur l’entraînement et l’apprentissage du karaté. L’entraide et l’échange entre professeurs et élèves sont encouragés.

Durant les cours, nous travaillons les points suivants :

Conditionnement physique : résistance et endurance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse, au rythme de chacun.

Pratique du Kihon et katas.

Kumite (combat). Les protections sont obligatoires : protège pied et protège poing. Bien sûr, le contrôle est de rigueur. Aucun écart ou emportement n’est toléré.

Igo Geiko : Travail des déplacements et enchaînements de techniques. Très bon pour développer la coordination et la concentration.

Techniques de coups de poings et des coups de pieds, pratiquées dans le vide, souvent avec partenaire, sur bouclier ou sur sac de frappes.

Prévention et autodéfense.

Vous pouvez vous inscrire en tout temps. Vous accèderez à la page d’inscription, où vous pourrez choisir le type de cours et les horaires qui vous conviennent.

LES COURS DE KARATÉ

STRUCTURE GÉNÉRALE DES COURS

Dans les cours, nous développons la condition physique du karatéka par des entraînements cardiovasculaires, des exercices de résistance et de musculation avec ou sans matériel (poids, élastique, médecine-ball, etc.). Nous travaillons aussi la souplesse par des exercices spécifiques et des étirements. Le côté technique du karaté se développe par le 3 « K » : Kihon, Kata et Kumite. Le Kihon est la répétition des techniques de base : techniques de frappe avec les mains, blocages et coups de pied. Il se pratique en général dans le vide sans partenaire. C’est en quelque sorte l’ABC du karaté. Les Katas sont une séquence de techniques de base dont le déroulement reproduit un combat imaginaire contre un ou plusieurs adversaires attaquant sous des angles différents.

Le Kumite (combat) est la mise en application pratique, avec partenaire, des techniques de base. Ce type de travail technique est indispensable pour éprouver le progrès de la pratique du karaté, dont la finalité première est l’apprentissage de moyens de défense. Il est essentiel que l’intégration des techniques, des esquives, des blocages et des contre-attaques se fasse graduellement et dans le respect de la personne. Dans le karaté Kyokushin, le kumite ressemble beaucoup à des combats de kickboxing ou de boxe thaïlandaise. Nous travaillons aussi sur les déplacements, les enchaînements (Ido Geiko) et les techniques d’autodéfense en situation réelle. La division des karatékas par groupes d’âge : 3 à 5 ans, 5 à 7 ans, 8 à 12 et ado-adulte, permet d’adapter le cours en considération du niveau physique, mental et psychologique de chacun.

POUR LES ENFANTS DE 5 À 7 ANS

Les cours de karaté junior sont très dynamiques et ils sont donnés parfois sous forme de jeux afin de garder l’attention de l’enfant le plus longtemps possible. Il ne faut pas oublier que l’enfant de cet âge veut s’amuser à faire du karaté, jouer en donnant des coups de poing et des coups de pied. Il doit avoir du plaisir à pratiquer cet art martial. Attention ici de ne pas confondre le jeu comme un désordre, un party dans la cour de récréation. Au contraire, le jeu « dirigé » se déroule dans un cadre de discipline et de contrôle. Dans ce contexte, l’enfant apprend rapidement à écouter les consignes et à être plus attentif. Il va sans dire que cela améliorera sa concentration à l’école.

DURANT LES COURS NOUS TRAVAILLONS SUR LES POINTS SUIVANTS:

– Conditionnement physique : résistance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse.- Pratique du Kihon et katas.

– Techniques de coups de poings et des coups de pieds. Pratiquées dans le vide, avec partenaire, sur bouclier ou sac de frappes.

– Combat. On parle plutôt d’échange, souvent avec le parent présent, au grand plaisir des enfants.

– Travail des déplacements, de l’équilibre.

– Prévention et autodéfense.

À cet âge, les notions de préventions (étranger et intimidation), par exemple, quoi faire lorsqu’un étranger te demande quelque chose, sont beaucoup plus utile que de lui apprendre des techniques d’autodéfense comme : comment se sortir d’un étranglement.

POUR LES ENFANTS DE 8 À 12 ANS

Pour cette catégorie d’âge, le conditionnement physique prend plus de place. Il est important que l’enfant bouge, dépense son trop-plein d’énergie. Les longues séances de télévision ou de jeux vidéo tendent à faire perdre l’envie de bouger. L’ambiance du cours est amicale. Quoiqu’il y ait moins de jeux dirigés, l’enfant doit avoir du plaisir à suivre un cours. Chacun à la liberté de s’exprimer et de faire valoir ses capacités dans la mesure où celles-ci restent dans le cadre du cours.

LE PLAISIR DU DÉFI

Bien qu’à cet âge, les enfants soient compétitifs entre eux, le rythme de chacun est respecté. De multiples renforcements positifs sont utilisés pour stimuler l’enfant. Pour les jeunes qui veulent plus de défis, des compétitions sanctionnées par la Fédération sont offertes.

LA DISCIPLINE ET LE RESPECT

L’enfant doit apprendre à suivre les consignes sans faire un commentaire, sans rouspéter, de même que respecter l’autorité. Ces notions, chères aux parents, mais que les enfants fuient comme la peste, ne doivent pas être imposées. L’enfant est amené par lui-même à travers son évolution de karatéka à comprendre l’importance du respect : « Si je veux que l’on me respecte, je dois respecter les autres. » Il en est de même pour la discipline. « C’est par la discipline que je vais pouvoir atteindre mes objectifs, c’est par la discipline que nous pouvons travailler ensemble en sécurité et en harmonie ».

LE LEADERSHIP

Le leadership est encouragé, de même que l’entraide, par la formation d’équipe de travail. En montant en grade de ceinture, le karatéka junior est amené à devenir assistant dans les cours plus jeunes, par exemple, à donner l’échauffement au début des cours, à gérer un groupe de karatéka, etc. Plusieurs responsabilités lui sont aussi attribuées.

APPRENDRE À SE DÉFENDRE

Les enfants de 8 à 12 ans voudront plus apprendre à se défendre, connaître des trucs pour se sortir d’embarras, acquérir des notions d’autodéfenses. Tout cela pour acquérir une plus grande confiance. Au niveau de la prévention, nous aborderons plus en profondeur l’intimidation et commençons à aborder certaines notions d’agressions : prédateur et enlèvement.

Durant les cours, nous travaillons les points suivants :

Conditionnement physique : résistance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse.

Pratique du Kihon et katas.

Kumite (combat). Les protections sont obligatoires : casque, protège pied et protège poing. Bien sûr, le contrôle est de rigueur. Aucun écart ou emportement n’est toléré.

Igo Geiko : Travail des déplacements et enchaînements de techniques. Très bon pour développer la coordination et la concentration.
Techniques de coups de poings et des coups de pieds. Pratiquées dans le vide, avec partenaire, sur bouclier ou sac de frappes.

Prévention et autodéfense.

POUR LES ADULTES ET LES ADOLESCENTS

Les motivations du karatéka ado et adulte sont parfois très différentes. Que ce soit pour la mise en forme, le contrôle du poids, le dépassement de soi, la capacité à se défendre ou pour oublier ses soucis, chacun aura le sentiment d’avoir bien dépensé son énergie et affichera un large sourire. Ici, le conditionnement physique et la bonne forme physique prennent leur sens. Après l’échauffement, le rythme s’accélère et se maintien tout le long du cours. Évidemment, les limites de chacun sont respectées. À la fin du cours, tous ont le kimono trempé, ressentent une plénitude physique et les soucis du quotidien sont oubliés.

LA FORME PHYSIQUE

Ici, le conditionnement physique et la bonne forme physique prennent leur sens. Après l’échauffement, le rythme s’accélère et se maintien tout le long du cours. Évidemment, les limites de chacun sont respectées. À la fin du cours, tous ont le kimono trempé, ressentent une plénitude physique et les soucis du quotidien sont oubliés.

L’ATMOSPHÈRE AU DOJO

Dans le dojo règnent la bonne humeur et le plaisir de s’entraîner en groupe. La discipline, le respect et l’éthique vont de soi, un simple rappel à l’ordre suffit pour reprendre le sérieux. Ce qui permet de plus mettre l’accent sur l’entraînement et l’apprentissage du karaté. L’entraide et l’échange entre professeurs et élèves sont encouragés.

Durant les cours, nous travaillons les points suivants :

Conditionnement physique : résistance et endurance musculaire, cardio-vasculaire, souplesse, au rythme de chacun.

Pratique du Kihon et katas.

Kumite (combat). Les protections sont obligatoires : protège pied et protège poing. Bien sûr, le contrôle est de rigueur. Aucun écart ou emportement n’est toléré.

Igo Geiko : Travail des déplacements et enchaînements de techniques. Très bon pour développer la coordination et la concentration.

Techniques de coups de poings et des coups de pieds, pratiquées dans le vide, souvent avec partenaire, sur bouclier ou sur sac de frappes.

Prévention et autodéfense.

Vous pouvez vous inscrire en tout temps. Vous accèderez à la page d’inscription, où vous pourrez choisir le type de cours et les horaires qui vous conviennent.

ACCUEIL

KARATÉ

KICKBOXING

BOXE

P'TIT NINJA

COMMANDO KRAV MAGA

COURS D'ESSAI

INSCRIPTION

HORAIRE

CONTACT

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d'informations supplémentaires. 

Centre de Varennes

2050 Boul. Marie-Victorin
( 2e étage )

Centre de Sainte-Julie

550 Boul. Saint-Joseph
Salle communaitaire des Chevaliers de Colomb

Téléphone: 450-929-0029

Réserver un cours d'essai maintenant

Tous droits réservés Arts Martiaux Varennes Sainte-Julie   Sensei Serge Provencher 2018-2019
Toute reproduction interdite Karaté Varennes Sainte-Julie

FÉDÉRATION DE KARATÉ KYOKYSHIN INTERNATIONALE IKO NAKAMURA JAPON

Web design by Michel Angers